Le concept d’étanchéité est assez « hermétique » chez les horlogers…

Rienà voir avec les sujets de d’habitude, mais comme l’a si bien dit Barbayellow « c’est mon blog, après tout, j’y fais bien ce que je veux » (on y parle même de Blackberry Pearl, gasp !). On glose souvent dans le monde des nouvelles technologies des problèmes de normes, de fiabilité, d’appellation. Et bien je viens de découvrir que d’autres secteurs pourtant bien plus anciens réservaient quelques surprises pour les non-initiés.

Retour en arrière : il y a 3 ans de cela, ma moitié m’offre un chrono Longines, estampillé « étanche 3 atmosphères », ce qui revient souvent à dire « étanche jusqu’ à 30 m ». Je suis tout fier et tout content, c’est ma première « vraie belle montre », qui plus est un modèle que je lorgnais souvent mais que ma tirelire ne pouvait s’offrir. Tout va bien pendant les 2 premières années : en bon petit gars obéissant je fais l’entretien au bout de 18 mois : polissage et étanchéité (oui à partir d’un certain degré de complexité, une montre c’est comme une voiture apparemment : ça s’entretient). Et puis, un certain 14 juillet 2006 patatras. En week-end en Bretagne, profitant d’un climat exceptionnel, je me baigne quelques minutes dans l’Atlantique afin d’échapper à la fournaise ambiante. Je ne pense pas à retirer ma montre, pas trop frappé puisque dans mon esprit elle est supposée étanche, et ce malgré les avertissements répétés de ma chère et tendre qui martèle que ce n’est pas très malin.

Avertissement prémonitoire… au bout de quelques heures, première inquiétude : de la buée apparaît dans la montre. Oula. Bon, finalement, cela s’estompe et on oublie la frayeur. Et puis quelques jours après : la montre stoppe complètement. Je ne me frappe pas et laisse couler, me disant que la pile est morte. Embarqué dans d’autres histoires, je laisse traîner et finalement me décide à faire changer le pile. Je la dépose chez un horloger qui la renvoit chez le contructeur pour effectuer l’opération. Coup de téléphone quelques jour plus tard :

– Monsieur, il y a un problème sur votre montre, il faut refaire tout le mécanisme car elle a pris l’eau, le devis se monte à 620 €

– ?!? Pardon ? Comment a-t-elle pu prendre l’eau puisque que ce modèle est censé être étanche à 3 atmosphères soit environ 30 m (note : je suis loin de m’aventurer à une telle profondeur, 3 m doit être un maximum).

– Il y a plusieurs hypothèses : peut-être avez-vous actionné le chronomètre alors qu’elle était immergée ?

– Je ne crois pas

– Ah…

Bref, le monsieur est tout désolé pour moi et moi suis franchement dépité, car hormis la valeur vénale de l’objet, j’y tenais comme à la prunelle des mes yeux. Normal pour un cadeau de fiançailles…

Après de multiples prises de becs et de renseignements, j’ai finalement eu une leçon que me coûte cher. De la bouche même d’horlogers, une montre étanche à 3 atmosphères n’est pas étanche, elle est juste « résistante » aux projections d’eau… D’ailleurs il semble que je ne sois pas le seul à subir pareille déconvenue, par un pur hasard, d’autres ont relaté la même chose ce week-end sur le site Zdar.net (voir les commentaires)…

Outre le fait que l’appellation étanche est franchement limite, cela n’a jamais été spécifié lors de l’achat de la montre… Et comme cela me turlupine, je découvre que finalement cette notion d’étanchéité est plutôt nébuleuse selon les sources. On y parle d’une obscure norme ISO-2281 sur Wikipédia (qui au passage souligne tout de même qu’étanche = « L’étanchéité physique concerne l’interdiction de passage d’un solide, d’un fluide ou d’un gaz. » – de même que Le Petit Robert dit « Qui ne laisse pas passer les fluides« ) et Wikipédia d’enfoncer le clou : « Les montres portant la désignation « étanche », avec ou sans indication de surpression, doivent être conformes et avoir subi avec succès les tests prévus à la norme ISO-2281. Ces montres sont destinées à une utilisation quotidienne courante et doivent résister à l’eau durant des exercices tels que la nage de courte durée. Elles peuvent être employées dans des conditions de variations de pressions d’air ou d’eau et de température. » Apparemment, ce n’est clair que pour Wikipédia et Le Petit Robert, car lorsque l’on pousse un peu plus loin l’investigation, on découvre que finalement :

  1. la réalité est tout autre (cf bas de page de ce site),
  2. certains constructeurs informent plus clairement que d’autre (même lien que ci-dessus).

Cela m’a été confirmé par les différents revendeurs spécialisés que j’ai pu croiser ce week-end. En résumé, si votre montre n’est pas spécifiquement faite pour la plongée, gare aux mauvaises surprises et dans le doute, enlevez-là avant de patauger joyeusement dans l’eau – emmenez votre canard en plastique par exemple.

Pourtant, ayant pratiqué un sport d’eau pendant plusieurs années, je pensais que le concept d’étanchéité était unique. Ben non. En tous cas à l’aviron, lorsqu’on dit qu’une coque de bateau est étanche, on est à peu près certains de ne pas prendre l’eau (sauf si l’on croise une péniche qui fait beaucoup de vagues ou que l’on rame sur un bassin démonté, mais c’est une autre histoire…)

Bon finalement, comme je suis très chanceux, ma moitié a craqué devant ma mine toute dépitée et a fait une folie en m’offrant un des modèles sur lequel je bavais littéralement et que je ne pensais jamais retrouver à mon poignet (une Bell & Ross pour les curieux et/ou les amateurs).

Publicités

6 réflexions sur “Le concept d’étanchéité est assez « hermétique » chez les horlogers…

  1. Môsieur aime la belle donneuse d’heures. En effet, c’est édifiant ce que tu racontes. On peut dés lors se dire que tout ce que nous assurent telle ou telle marque, tel ou tel produit, doit être appréhendé avec une extrême prudence.
    Ca me fait penser à ces pubs pour gogo où l’on voit un type se faire coller par les pieds à un plafond. Ou encore hier, un bidule mou vendu par un fabricant de colle, qui se transforme en crochet aussi dur que de l’acier pour tracter une voiture! Bon bien sûr, le prix n’est pas le même… Et la déconvenue moindre en cas de « panne ».

  2. Salut Laurent, j’avoue que je suis assez fan et que je deviens maintenant un minimum « technicien » 🙂 C’est vrai que tout cela est assez étonnant, d’autant que je pensais être un cas isolé à ne pas connaître l’évidence, mais à priori je suis loin d’être le seul dans ce cas. En fait je n’ai aucun soucis à accepter qu’une montre soit dans certains cas juste « résistante » à l’eau… il faut juste le dire clairement avant. C’est assez analogue au problème de HD sur les TV en ce moment, on y voit/entend tout et n’importe quoi.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s