Grève des RSS ?

L’avantage des restaurants d’entreprise, pardon cantines, c’est qu’on y cause boulot de manière un peu débridée (pour oublier ce qu’on avale). Au hasard d’une conversation sur les Youtube et autres Digg qui commencent à sortir les flingues lorsque des petits malins réutilisent « leur » contenu, un des mes compagons d’infortunes culinaires a eu une idée plutôt rigolote : faire la grève des RSS toute une journée. Oui, oui, tous les producteurs de contenus qui désactivent leurs flux en même temps. Juste pour rappeler à certains qu’il ne s’agit pas de « leur » contenu, et qu’ils n’ont pas la légitimité de reprocher ce qu’ils font déjà depuis longtemps et justifie leur modèle économique (si tant est qu’il y en ait un derrière, pour certains d’entre eux).

Allez chiche, pour le 1er janvier ?

Publicités

7 réflexions sur “Grève des RSS ?

  1. Ping: Grève 2.0
  2. C’est une idée en effet. Resterait à évaluer une bonne fois pour toutes ce qu’apportent les agrégateurs de flux RSS aux contenus qu’ils ventilent. Poser aussi qques questions parmi les users du web de « la France d’en bas ». Ceux pour qui ouvrir un navigateur web est déjà un bel effort…

  3. Aaaah, la fracture numérique 🙂 Effectivement elle existe bel et bien, j’ai eu comme tout le monde l’occasion de m’y frotter – pas plus tard que durant un certain séminaire sans wi-fi et sans réseau mobile, retour à l’âge de pierre numérique 🙂 Plus sérieusement, il est vrai que c’est assez déroutant parfois d’entendre parler de Web3, de Rich-Media et de VOD quand pas mal de gens en sont encore à espérer du 512 K… Encore plus déroutant lorsque l’on pense que la France est un des pays (le ?) européens les mieux équipés en connexion internet haut-débit.

    Pour ce qui est des RSS, si l’on compare leur taux et leur vitesse d’adoption vs les bonnes vieilles newsletters, je pense qu’ils représentent déjà un bon poids dans la balance des plate-formes de distribution de contenu. Avec l’avantage non-négligeable de la souplesse et d’être plus adaptés à la diffusion de services (shopping, boursiers). Mais ils sont à double-tranchant, même si l’on peut considérer que le fait de bookmarker un RSS dans son lecteur est un acte d’abonnement en soi, l’abonné est plus volatile. D’autant plus qu’on ne peut absolument pas le connaître et qu’il devient plus sélectif avant d’arriver sur le site éditeur. C’est bien tout le problème d’appropriation d’audience : où et quand commence-t-elle ? Et surtout quand valorisera-t-on le contenu à sa juste valeur, justement. Lorsque je lis que Digg.com est arrivé à sa millionième story, j’avoue que je suis un peu agacé. Sans les producteurs de contenu, Digg n’est qu’une coquille vide avec lesquels les geeks ne joueraient pas. Et surtout, quand on y pense vraiment, quel est le réel intérêt de pour les éditeurs. Est-ce que ces utilisateurs s’intéressent vraiment au contenu ou plus au fait de le faire remonter en homepage ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s